Le jardin des lavandes :: LEIS AMI D'ALAU - Groupe folklorique
Le jardin des lavandes Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LEIS AMI D'ALAU - Groupe folklorique

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le jardin des lavandes Index du Forum -> La provence... -> Danse folklorique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mélanie B
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2008
Messages: 62
Localisation: Allauch (13)

MessagePosté le: Mer 15 Oct - 23:44 (2008)    Sujet du message: LEIS AMI D'ALAU - Groupe folklorique Répondre en citant

Leur histoire...





Bien que sa fondation officielle date du 3 février 1988, notre groupe a fait sa première apparition en public à l’occasion de la fête des associations à Allauch, le 1er mai 1987. Notre création résulte du désir de certains présidents d'associations voulant le maintien d’un ensemble traditionnel provençal sur notre commune.
Notre nom relève d'une double signification : l'une rappelle le groupe d'amis qui a crée l'association et l'autre souligne notre attachement à notre village.
Cependant, la présence du folklore à Allauch date d’avant 1987 puisqu’en 1926, notre président fondateur, M Pierre Raimondo alors âgé de 12 ans, apprend à jouer du galoubet-tambourin sous l’impulsion de Louis–Marius Blanc. Cette passion pour ces instruments ne le quitta plus et c’est ainsi que durant des années, il anima toutes les fêtes et manifestations de notre village. Quelques années plus tard, il fut rejoint par M. René Amoroso et tous deux restèrent les seuls mainteneurs de la musique provençale sur notre commune à une époque où la pratique du folklore n’était pas encore revenue à la mode.
Il faut rendre hommage à ces deux personnalités de la vie culturelle allaudienne dont la modestie et le dévouement ont permis non seulement de sauvegarder la pratique du tambourin à Allauch mais aussi de la diffuser auprès des jeunes qui ont pris leur succession. Notre groupe ne doit jamais oublier que c’est grâce à eux si nous existons.
Des personnes présentes ce 1er mai 1987, certaines nous ont quitté depuis et d’autres sont toujours fidèles et constituent l’ossature du groupe. D’autres membres au fil des ans sont venus nous rejoindre et nous enrichir de leur présence, ce qui a permis de nous améliorer sans cesse.




Quelques danse de notre répertoire




Branle de St Elme


Le feu de St Elme, phénomène bien connu des marins, leur annonce l'approche ou la fin d'une tempête. Jusqu'à la révolution, les marins marseillais ont placé leur corporation sur le vocable de St Elme.
Le branle de St Elme se dansait à Marseille chaque fois qu'un nouveau bateau était mis à l'eau. Les plus beaux pêcheurs et les plus accortes poissonnières, accompagnés de tambourinaires et de bachas, faisaient le tour de la ville sous la direction du chef de la Prud'homie. Les danseurs exécutaient le branle autour de la barque et jetaient des fleurs sur le bateau que le prêtre bénissait. Ensuite, le patron offrait un festin où figuraient les Tourtihado (gâteau à l'anis en forme de couronne) à tous ceux qui participaient ainsi aux vœux formés pour la nouvelle embarcation.Cette danse utilise le symbole de l'encerclement en faisant du bateau un objet sacré, en cherchant à projeter sur lui, par l'ambiance favorable dont elle l'entoure, des influences bénéfiques.



Cordelles


C'est certainement la danse folklorique la plus répandue en Provence et la plus ancienne. Au départ, le mât représentait un arbre cosmique qui reliait le ciel et la terre par des rubans multicolores. Une autre explication possible est la représentation du soleil dont les rubans symbolisent les rayons.
Quoi qu'il en soit, on ne peut ignorer son sens rituel : la marche sinueuse des danseurs dessinant un serpent symbolise la fécondité, le mât levé vers le ciel est signe d'offrande et l'encerclement un signe de fertilité. Au Moyen âge, avec l'institution des corporations, on a cru qu'il s'agissait d'une danse imitative du métier de cordier et on lui adapta des paroles sur le tressage de la corde.



Les fileuses


Le thème du fil a suscité une foule de mythes, de rituels et de superstitions. Sachant qu’au motif lier-délier était attribué une action sur la vie cosmique, la danse des Fileuses est vue comme une danse magique, devenue plus tard danse de brigue amoureuse, où un jeune homme courtise plusieurs jeunes filles à la fois qui parviennent à l’encercler dans un réseau inextricable.
On retrouve cette danse sous une autre forme, à l’époque du Carnaval, mais elle évoquera cette fois-ci la répulsion des forces du Mal, par le bruit des grelots et les cris incessants.



Mazurka

La Mazurka n'est pas à proprement parler une danse issue du folklore Provençal. C'est une danse d'origine polonaise qui s'est répandue en Europe au milieu du 19ème siècle, comme la polka ou la valse. Cette danse s'est conservée en Provence grâce aux mazurkas chantées de Charles Rieu, félibre Provençal.
A la marge de notre folklore, celle que nous vous présentons se danse sur l'air de la mazurka de St Andiol.


Les filles de Marbre


C'est une danse très ancienne dont la reprise dans une pièce de théâtre de 1850 : "Le Ballet des Filles de Marbre", a été tellement popularisée que finalement le nom de la pièce a prévalu pour désigner la danse. Son air fut vite adopté dans les salles de danse des régiments de l'armée, si bien que curieusement seuls les hommes la dansaient. Aujourd'hui, cette danse est indifféremment interprétée aussi bien par les filles que par les garçons.
Les danseurs forment un cercle ouvert dont ils regardent le centre. Mains sur les hanches, ils se déplacent de gauche à droite et chacun avance à son tour vers le centre, en faisant l'enchaînement de pas qu'il réussit le mieux. Entre chaque solo, l'ensemble des danseurs reprend le pas du début.



Farandole


Danse en chaîne ouverte, elle est très répandue dans le bassin méditerranéen depuis l’antiquité. En Provence, elle se déroule spontanément dans les villages, aux jours de fêtes, pour exprimer l’exubérance et la joie de vivre du peuple. C’est véritablement la danse nationale des Provençaux.Les maîtres de danse, de retour au pays la stylisèrent et créèrent la farandole classique, aux pas très variés, pour organiser des concours. Si la farandole perdit ainsi de sa spontanéité, ces maîtres de danse eurent le mérite de garder ses figures rituelles : le balancement des bras, la spirale, le serpent, le passage sous l’arc formé par les bras des danseurs ; autant de symboles de fécondité se rapportant au mythe de l’éternel retour du printemps


les Instruments de Provence



Le galoubet

Le galoubet est une petite flûte à bec percée de 3 trous, caractérisée par un son très aigu. L’origine du mot " galoubet " ne nous est pas connue, l’instrument s’appelant aussi flûté (ou flahutet en provençal).

Habituellement, les galoubets s’exécutent dans un bois dur, soit en essence locale telle que le buis ou l’amandier, soit en essence exotique telle que l’ébène ou le palissandre. Les modèles de finition soignée peuvent s’agrémenter de pièces en ivoire ou en os. La languette qui obture le bec du galoubet est en genévrier sauvage, appelé cade ; cette essence a l’avantage d’être insensible à l’humidité ce qui permet de ne pas altérer l’instrument.

Le galoubet est généralement fabriqué en un seul corps. Toutefois, on peut en rencontrer en 2 parties notamment pour les instruments anciens.

Le galoubet se tient et se joue de la main gauche. Le majeur et l’index viennent obturer les deux trous de dessus, tandis que le pouce obture le trou de dessous, les deux autres doigts servant au maintien de l’instrument.

Il faut cependant noter que dans les années 20, les tambourinaires allaudiens utilisaient un modèle de galoubet particulier, le galoubet Bœuf (du nom de l’inventeur de ce système, Joseph Bœuf, qui était un luthier-tambourinaire et compositeur).

Ces galoubets avaient la caractéristique de comporter 3 trous de dessus, ce qui leur conférait un doigté particulier.

Ces trous étaient divisés en deux parties dans le sens de la hauteur par une cloison centrale, qui était censée favoriser l’exécution des dièses et des bémols. Ce type d’instrument, quoique très marginal, a néanmoins continué d’être utilisé à Allauch jusque dans les années 1960. Il a depuis été abandonné au profit du galoubet traditionnel.

Grâce au principe des sons harmoniques, le galoubet a la possibilité d’émettre plusieurs sons pour un doigté donné : cette caractéristique résulte de la variation du souffle du musicien qui, par ses attaques (ou coup de langue) permet de modifier le son émis par l’instrument ; aussi le galoubet a une étendue d’une octave et demie de la gamme chromatique.

Pour faciliter la lecture, il faut remarquer que l’on a l’habitude d’écrire les notes que l'on joue 2 octaves plus bas que leur place réelle.

Actuellement la musique pour galoubet est écrite avec des bémols à la clé de sol, souvent en gamme de si bémol majeur, c’est à dire avec deux bémols à la clé.

Au 18ième siècle, elle était notée avec des dièses à la clé, souvent en gamme de ré majeur ou la majeur (2 ou 3 dièses à la clé) et jouée avec un galoubet que l’on nommera " en dièses ", dont le doigté différait de celui que nous connaissons actuellement. La pratique de cet instrument sera abandonnée quelques années après la Révolution Française au profit du galoubet que nous utilisons aujourd’hui.

De nos jours, le galoubet le plus usité est en si naturel ou ton de Saint Barnabé (du nom d’un quartier de Marseille). Il est accordé selon le la = 440 Hz avec un doigté de do. Il a pour longueur totale environ 316 mm.

Cependant, on peut aussi trouver des galoubets dans des tons en la, si bémol, ut, ré, parfois sol . Ces instruments sont alors de dimension différente de celui en si naturel (plus l’instrument sera long, plus le son sera grave et inversement).


Le tambourin

Le tambourin provençal est indissociable du galoubet.

Cet instrument se compose d’un long fût étroit en bois de diverses essences, généralement du hêtre ou du noyer. Toutefois, les tambourins récents peuvent être aussi exécutés en contre-plaqué.

Les dimensions actuelles du tambourin sont de 350 mm de diamètre pour 740 mm de hauteur. Certains tambourins anciens avaient comme dimension 410 mm de diamètre pour 760 mm de hauteur. Quoiqu’il en soit, il semble que les mensurations d’un tambourin respectent toujours la règle qui veut que le diamètre de l’instrument soit légèrement supérieur à la moitié de la hauteur.

Les tambourins de facture ancienne étaient souvent constitués d’une seule planche cintrée ; certains exemplaires étaient sculptés directement dans un tronc d’arbre évidé à la main.

Actuellement, le fût est obtenu par collage de 3 à 5 planches qui forment un panneau aux dimensions voulues. Ce panneau est décoré de petites sculptures : les baguettes droites alternant avec des filets, ondes, perles sont des décorations très prisées des tambourinaires.

Une fois le panneau cintré et le fût constitué, on perce à mi-hauteur un petit trou de 5 mm de diamètre, appelé âme, pour remédier aux variations de pression à l’intérieur de l’instrument.
Sur les extrémités du fût viennent s’emboîter des peaux fixées à deux cercles de frêne ou de châtaignier.
La peau de dessus est très fine, traditionnellement en peau de veau mort-né, et la peau de dessous plus épaisse, en chevrette.
Sur la peau de dessus est posée une fine ficelle de chanvre, la chanterelle.
Cet ensemble est ensuite maintenu par deux cercles tendeurs, de section ronde et peints en rouge. Ils sont de plus percés de 10 trous destinés à recevoir des boutons en os ou en bois.
Pour solidariser l’ensemble et tendre les peaux, une corde de chanvre, maintenue par les boutons, vient relier les deux cercles le long du tambourin.
La tension de cette corde est assurée par la pose de 10 coulants en cuir que l’on monte ou l’on descend selon l’effet désiré.
Pour suspendre l’instrument au bras gauche, on fixe sur le fût deux petits anneaux forgés (lei regancho) auxquels on accroche une bretelle de cuir ou de tissu épais.
Pour jouer du tambourin, le musicien utilise une massette. Le contact de celle-ci sur la peau de dessus a pour effet de faire vibrer la chanterelle, ce qui émet un son bourdonnant si caractéristique à cet instrument.


La massette

La massette est une fine baguette qui sert à " toucher " la peau de dessus du tambourin.

Elle se décompose en 3 parties :

* La pomme, généralement en ébène, palissandre ou buis ; elle peut aussi s’exécuter dans d’autres essences.
* La tige très fine, généralement en ébène, palissandre ou hêtre.
* Le gland ou l’olive, généralement en os, ivoire, ébène ou buis.

La pomme qui a la forme d’une poignée ovoïde sculptée de fines cannelures vient s’emboîter sur la tige qui est elle-même reliée à l’olive.

D’un poids compris entre 50 et 60 g, la massette a une longueur variable. Actuellement, elle se situe autour de 340 mm, mais les massettes anciennes étaient souvent plus longues avec une olive moins importante que les factures actuelles. Cette différence résulte tout simplement de la réduction du diamètre des tambourins ainsi que de la difficulté de trouver de fines peaux, ce qui a conduit à réaliser des olives de dimensions nouvelles.

A noter à titre de curiosité, qu’au 19ème siècle, existaient des massettes à parfum c’est à dire des massettes dont la pomme se dévissait en 2 parties et qui renfermait une toute petite étoffe imbibée de parfum.

Autres instruments accompagnant le tambourin (à l'exception du fifre et du bachas)
La timbale

La timbale est un instrument qui a le même aspect que le tambourin provençal. Cependant, ses dimensions sont différentes, à savoir 390 mm de diamètre pour 600 mm de hauteur et le fût est généralement peint en bleu.

Outre la finition grossière de la timbale (cercles de tensions en fer et coulants en cuir plus solides), ce qui la différencie du tambourin est l’absence de chanterelle et l’utilisation de peaux plus épaisses.

Très souvent, il y avait une seule timbale par groupe de musiciens ; elle était réservée à celui qui guidait l’ensemble.
Les palets

Les palets sont de petits disques en acier, en fer ou en bronze de 100 mm de diamètre, avec lesquels on joue à la manière des cymbales. Ils tiennent dans les mains grâce à la présence de lanières de cuir fixées sur chaque instrument.

Les timbalons

Les timbalons se composent de deux cônes renversés à base tronquée en poterie ou en métal. Ils ont respectivement pour dimension 220 et 200 mm de diamètre, pour 85 et 75 mm à la base pour une hauteur de 170 mm.

Des lacets de boyaux viennent attacher les épaisses peaux placées sur ces cônes. Selon la nature de ces instruments (poterie ou métal), ces lacets viennent se fixer soit à un bouchon de liège, soit à un petit cercle en fer, placé sous l’instrument.

Une fois les cônes réunis ensembles, cet instrument se porte soit ceint à la taille, soit à une courroie en sautoir.

Le joueur de timbalon frappe sur les peaux, tantôt à droite tantôt à gauche, à l’aide de baguettes ressemblant fort à celles d’un tambour. Pour rendre le son plus puissant, le seul recours est d’exposer l’instrument à une source de chaleur. Notons que le timbalon ne s’accorde pas : il rend toujours les deux mêmes notes.


Les musiciens : Marjorie, Eric, Laurent et Philippe

J'en fais partie depuis peu donc je ne suis pas encore sur les photos ^^ et puis je suis pas une pro comme les autres musiciens lol

Mon fiancé est à droite (pantalon gris-bleu)




N'oublions pas le musicien coté enfant : Vincent


http://leis.ami.alau.free.fr/]http://leis.ami.alau.free.fr

_________________


Dernière édition par Mélanie B le Lun 20 Oct - 22:47 (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 15 Oct - 23:44 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
losand
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2008
Messages: 37
Localisation: Val d'oise (95)

MessagePosté le: Ven 17 Oct - 13:39 (2008)    Sujet du message: LEIS AMI D'ALAU - Groupe folklorique Répondre en citant

Les danses ont l'air géniales!!!
Ca doit etre sympa les fetes de villages!!
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mélanie B
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2008
Messages: 62
Localisation: Allauch (13)

MessagePosté le: Ven 17 Oct - 14:10 (2008)    Sujet du message: LEIS AMI D'ALAU - Groupe folklorique Répondre en citant

Oui ! c'est super !!si je la retrouve, il y a une vidéo du groupe quelque part... bien que je ne sois pas douée en danse vu que je débute ça me plait énormément d'y aller le mardi. En fait, j'attends dans la semaine le mardi pour la danse, le vendredi pour le galoubet et le week end pour être avec mon homme Mr. Green

Bisous

_________________


Revenir en haut
Mélanie B
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2008
Messages: 62
Localisation: Allauch (13)

MessagePosté le: Lun 20 Oct - 10:49 (2008)    Sujet du message: LEIS AMI D'ALAU - Groupe folklorique Répondre en citant

voici...




Philippe a le pantalon gris-bleu et une de mes témoins est avec la robe bleu Very Happy

J'adore regarder Philippe danser sauf quand il tient les mains d'autres filles Evil or Very Mad Mort de Rire

_________________


Revenir en haut
losand
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2008
Messages: 37
Localisation: Val d'oise (95)

MessagePosté le: Lun 20 Oct - 20:49 (2008)    Sujet du message: LEIS AMI D'ALAU - Groupe folklorique Répondre en citant

J'adOOOre!
Philippe, joli jeux de jambes! Wink
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mélanie B
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2008
Messages: 62
Localisation: Allauch (13)

MessagePosté le: Mar 21 Oct - 23:11 (2008)    Sujet du message: LEIS AMI D'ALAU - Groupe folklorique Répondre en citant

Ouiiii il danse très bien
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:12 (2018)    Sujet du message: LEIS AMI D'ALAU - Groupe folklorique

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le jardin des lavandes Index du Forum -> La provence... -> Danse folklorique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com